Accueil » Chroniques » A quel moment devrait-on filtrer l’huile?

A quel moment devrait-on filtrer l’huile?

«Nos techniciens en lubrification recommandent que nous débutions la filtration de nos huiles dès l’ouverture des barils neufs avec un filtre à 3 microns. Est-ce nécessaire?»

Un baril scellé d’huile neuve n’implique pas que l’huile qu’il contient est sans abrasifs. C’est une erreur de croire qu’une huile neuve est nécessairement une huile propre. Il n’y a aucune garantie à cet effet.

Chronique filtration | Magazine MCI octobre / novembre 2012

C'est une erreur de croire qu'une huile neuve est nécessairement une huile propre.

L’huile de base, le mélange, le conditionnement et la logistique peuvent tous contribuer à des ingressions de contaminants. En effet, les barils ne sont jamais parfaitement propres. Particulièrement si ce sont des barils de métal reconditionnés. Les contenants en plastique sont généralement les plus propres, suivis des barils en métal neufs.

Règle générale il en coûte 10 fois plus pour enlever un gramme de particules abrasives une fois entré dans un circuit hydraulique qu’il en coûte de l’exclure au départ. Il en coûte de 10 à 1,000 fois ce chiffre, ou plus, de laisser ce gramme de contaminants abrasifs dans le système, selon le design mécanique, l’abrasivité des contaminants et la criticité de la machine.

Pour ceux qui se demandent ce que veut dire exclure un gramme de saleté, sachez que c’est un concept plutôt simple. Déterminez d’abord la nature du contaminant (poussière de charbon, saleté, suie, etc.) et le point d’entrée (évent du réservoir, joints usés, trappe, etc.).

Certains le font en examinant les particules trouvées dans le filtre usé et les sédiments du puisard à l’aide d’outils de laboratoires communs (XRF, SEM, microscope optique, etc.).

Pour plusieurs machines, l’inspiration de poussières en suspension dans le réservoir et l’espace de tête d’un réservoir est la source première de contamination.

La convection forcée de l’air par aspiration thermique, courant d’air induits par les machines (ex. le mouvement des engrenages) et les changements cycliques de niveau d’huile dans le réservoir (ex. mouvement de cylindre hydraulique) peuvent augmenter l’intrusion de contaminants.

L’air entre typiquement par les évents et les reniflards, après les joints d’étanchéité, par les trappes non fermées, et toute autre ouverture non protégée.

L’huile neuve est aussi une source de contamination, tout comme les activités de réparation et certaines inspections.

Les systèmes hydrauliques utilisant des actuateurs linéaires reçoivent un pourcentage élevé de leurs contaminants suite à l’usure des joints racleurs, et les joints de tiges. Bien entendu, l’usure mécanique, la corrosion, la dégradation de l’huile et l’exfoliation de surface sont toutes sources courantes de particules solides.

La filtration de l’huile neuve demeure l’alternative la moins coûteuse pour améliorer la fiabilité mécanique des roulements, engrenages, systèmes hydrauliques, moteurs, etc.

A mon avis, vos techniciens en lubrification sont sur la bonne voie. S’ils faisaient partie de mon équipe, je les supporterais dans leur initiative.

François Lépine, ing. MLA-1
Directeur National des ventes
Filtramax Inc
1 888 924-6233
www.filtramax.com

Aucun commentaire.

Les commentaires sont fermés.