Accueil » Chroniques » RVER (Régime Volontaire d’Épargne Retraite)

RVER (Régime Volontaire d’Épargne Retraite)

Présentement, environ 40 %, ou environ 2 millions de travailleurs québécois n’ont pas accès à un régime complémentaire de retraite (fonds de pension).

Le RVER permettra à un peu plus de 1 million de salariés d’avoir accès à un régime de retraite; les autres québécois, environ 1 million dont près de 600 000 travailleurs autonomes pourront s’inscrire au RVER de façon volontaire.

L’objectif principal du régime volontaire d’épargne retraite consiste à permettre à ces travailleurs de mieux préparer leur retraite en leur proposant une solution simple et flexible.

À compter du 1er janvier 2013, toutes les entreprises de 5 employés et plus (qui n’offrent pas déjà un régime de retraite, i.e. la possibilité pour les employés de contribuer à un fonds de retraite au moyen de retenues salariales) auront l’obligation d’offrir le RVER à leurs employés qui sont en fonction depuis au moins un an. Il est à noter que les entreprises auront jusqu’au 1er janvier 2015 pour se conformer à cette règlementation.

Fonctionnement

Tous les employés éligibles seront automatiquement inscrits au nouveau régime, mais ils pourront se retirer du programme dans un délai de 60 jours s’ils le souhaitent.

Leurs contributions, effectuées par déductions sur la paye, sera de 2 %  de leurs revenus jusqu’en 2015, pour ensuite passer à 3 % en 2016 et à 4 % à compter de 2017.

Les cotisations à un RVER viendront réduire le plafond de cotisations au Reer, par exemple un salarié qui pourrait cotiser à son reer au montant de 10 000 $ pour cette année et qui a versé 3 000 $ à son RVER, ne pourra contribuer que 7 000 $ à son reer, pour une déduction totale de 10 000 $.

Retraits et flexibilité

Les employés qui ont accumulé un capital dans le RVER pourront retirer leurs contributions à n’importe quel moment, mais les contributions de l’employeur ne pourront être retirées avant 55 ans.

Chaque employé aura aussi la possibilité d’augmenter ou de diminuer sa cotisation, ou de cesser de contribuer s’il le désire.

Précisons que les employeurs n’auront pas l’obligation de cotiser au RVER de leurs employés, mais ils pourront le faire s’ils le veulent; ces cotisations seront déductibles d’impôts et ne seront pas assujetties à la taxe sur la masse salariale.

Planifier pour mieux réussir

Comme il existe plusieurs choix de programme de retraite pour les employeurs et employés, tels que REER Collectifs, RPDB, FSFTQ, etc… et que chaque entreprise peut être très différente l’une de l’autre, une analyse sérieuse est de mise avant la mise en place d’un régime de retraite. L’âge moyen des employés, les années d’expérience, le genre d’industrie où ils travaillent sont tous des critères à considérer afin de faire le bon choix. Pour la petite entreprise ou le travailleur autonome, la simplicité administrative peut aussi représenter un critère important dans ce choix.

Conclusion

En plus de représenter un nouvel outil de préparation à la retraite pour près de 2 millions de travailleurs québécois, le RVER contribuera sûrement à sensibiliser encore plus ces travailleurs à l’importance de préparer à long terme la transition du monde du travail vers un choix de vie différent.

Michel Roy
Planificateur financier*
Conseiller en sécurité financière
Pour les Assurances Boivin inc.*
et Groupe action financière Québec
Représentant en épargne collective
auprès d’Investia Services Financiers Inc.
tél: 418 624-0850
mroy@gaf.qc.ca

Aucun commentaire.

Les commentaires sont fermés.