Accueil » Dossiers » La rentabilité de la voix

La rentabilité de la voix

Implantée il y a plusieurs décennies, la technologie du code à barres a littéralement révolutionné la façon de faire des affaires. On pouvait dès lors suivre à la trace tout bien produit dans l’usine, l’entrepôt et même chez le client.

Or, depuis le milieu des années 80, une nouvelle technologie permet des gains considérables en productivité : la reconnaissance vocale.

On retrace les premières applications de la reconnaissance vocale dans l’industrie alimentaire où l’entreposage est omniprésent. Bien que le code à barres traditionnel permet une meilleure gestion des inventaires, la technologie de lecture qu’il emploie avait une lacune importante.

L’opérateur n’avait pas les mains libres. Digitaliser (scanner) les numéros de lot d’entreposage et de produits ne lui permettait pas de procéder à la cueillette de celui-ci simultanément, d’où une perte de temps. Le fait de répéter ces actions une centaine de fois par jour nous permet rapidement de saisir la perte subie en productivité par une entreprise.

Intégré au SGE

Peu importe le secteur d’activité dans lequel elle évolue, l’entreprise doit reposer une partie de ses activités sur un système de gestion d’entrepôt (SGE) fiable et performant. Le système de reconnaissance vocale doit donc être intégré totalement au SGE afin d’être efficace au maximum. En fait, c’est le SGE qui permettra aux différents terminaux utilisés par les opérateurs dans l’entrepôt d’effectuer le travail adéquatement.

La technologie vocale tirera tout son avantage pour la lecture de courts numéros ou codes.

On doit donc dans un premier temps inculquer au système un vocabulaire qui comprendra entre 30 et 50 mots, en plus des chiffres de 0 à 9 qui permettront d’identifier les rangées dans l’entrepôt et les codes de produits. La technologie vocale tirera tout son avantage pour la lecture de courts numéros ou codes. Idéalement ces codes seront composés de 5 chiffres ou moins.

À un nombre supérieur, le lecteur de codes à barres traditionnel prendra la relève. On doit également créer un gabarit de voix pour chacun des opérateurs afin que le système reconnaisse la confirmation de la cueillette de produit dans l’entrepôt.

Utilisation optimale

On peut retrouver la technologie de reconnaissance vocale dans la plupart des opérations logistiques d’une entreprise.

« C’est toutefois au niveau de la préparation des commandes et de la cueillette que la reconnaissance vocale est le plus souvent utilisée. C’est lors de ces opérations que les gains en productivité et en précision seront les plus appréciables. Depuis son introduction, la reconnaissance vocale aura eu un impact important sur la rentabilité de centaines d’entreprises. Augmentation de la productivité de 35 %, hausse de la précision jusqu’à 99,99 %, réduction des plaintes des employés et du nombre de blessures, baisse du roulement des employés. Autant d’avantages qui pourraient faire la différence entre rentabilité et perte pour une entreprise », nous souligne Francis Joannette, directeur de territoire chez Viascan. Dans bien des cas, l’investissement sera récupéré entièrement dans l’année suivant la mise en place du système.

Toujours selon Francis Joannette, ces résultats encouragent par la suite les entreprises à envisager d’autres applications telles le réapprovisionnement, la réception, le stockage des biens et l’inventaire.

Le fonctionnement

Une fois la commande intégrée au système, ce dernier met en marche sa préparation. Il communique avec un manutentionnaire de l’entrepôt afin que ce dernier effectue la cueillette des produits. Le système gère l’entreposage, et connaît l’emplacement de chacun des produits compris sur la commande.

Il guidera donc l’opérateur vers l’allée d’entreposage appropriée et vers l’emplacement précis de l’item à cueillir. Une fois rendu à l’emplacement, le manutentionnaire confirme vocalement au système le numéro de lot où repose l’item. Le système ordonne alors la cueillette du nombre d’articles qui figurent sur la commande.

Le manutentionnaire identifie le code du produit et récupère le nombre d’articles requis, pour finalement confirmer qu’ils ont bel et bien été cueillis. Le système peut alors le diriger vers l’article suivant ou l’informer que la commande est complétée. Une telle opération peut sembler banale.

Mais si l’on considère en moyenne de 60 à 90 secondes d’économie de temps par commande, imaginons le gain en productivité sur une année!

SAVIEZ-VOUS QUE?

  • La création d’un gabarit de voix se fait en moins de 20 minutes?
  • La reconnaissance vocale permet des gains de productivité de 35 %?

Lien Youtube

Vidéo comparative entre lecteur traditionnel et reconnaissance vocale (vidéo en anglais):

Aucun commentaire.

Répondre