Accueil » Régions » Mauricie » L’aéronautique se développe en Mauricie
201106_REG_Mauricie_1004_WEB1-500x185

L’aéronautique se développe en Mauricie

Cela fait très longtemps que la Mauricie, et plus particulièrement Trois-Rivières, est associée au domaine des pâtes et papiers. Dans la mouvance mondiale, ce secteur a connu bon nombre de soubresauts. Même si depuis l’automne tout semble calme, la situation demeure précaire.

De nombreux intervenants économiques ont mis tout en œuvre pour diversifier l’économie de la région. Ils ont, entre autres, axé leurs efforts sur l’aéronautique. Leur travail a porté fruit puisqu’ils ont réussi à consolider la présence de Premier Aviation et ont attiré une entreprise allemande, Plastique JW.

Investissement de 15 M$

Premier Aviation est une entreprise se spécialisant dans le service d’entretien d’aéronefs et dont les installations sont situées, depuis 2002, à Trois-Rivières. Connaissant une croissance importante, l’agrandissement devenait incontournable. C’est finalement une offre bonifiée d’un million et demi de dollars du gouvernement du Québec qui fera pencher la balance en faveur de Trois-Rivières.

Le nouveau hangar a accueilli ses premiers avions à la fin du mois d'avril.

Résultat : Premier Aviation a annoncé l’automne dernier qu’elle investissait 15 millions de dollars pour tripler la superficie de ses installations. Aujourd’hui, l’agrandissement est terminé et le nouvel hangar a accueilli ses premiers avions à la fin du mois d’avril. « Pendant trois ans, nous avons travaillé ce dossier. C’est un projet majeur qui représente près de 300 nouveaux emplois au cours des cinq prochaines années », souligne Yves Marchand, directeur général d’Innovation et Développement économique Trois-Rivières (IDE).

Plastique JW

Une autre belle histoire de développement est sans aucun doute la venue de Plastique JW, une entreprise spécialisée dans la fabrication de produits thermoplastiques transparents pour l’aéronautique et l’automobile. « Les représentants passaient chez nous par politesse avant de se rendre à Mirabel, mais nous avons réussi à les convaincre de s’installer chez nous », mentionne M. Marchand. L’investissement s’établit à 2,3 millions de dollars et a permis pour l’instant la création d’une vingtaine d’emplois.

Des outils pour attirer les industriels

« Shawinigan source d’énergie économique », voici la nouvelle image de marque de Shawinigan. Avec un nouveau logo, un site Internet, une brochure, des panneaux routiers et une campagne publicitaire, les acteurs économiques souhaitent carrément attirer des industriels dans ce coin de la province. « Les investisseurs doivent nous avoir dans leur mire lorsqu’ils envisagent de développer un projet d’affaires. La nouvelle image de marque nous distingue des autres marchés », souligne André Buisson, le président du CLD Shawinigan.

À la nouvelle image s’ajoute aussi un autre outil, le Centre d’entrepreneuriat Shawinigan. Situé au centre-ville, cet endroit a pour vocation d’aider à la création de PME.

« Le but que nous recherchons est de développer l’esprit entrepreneurial pour créer des emplois et de la richesse collective », mentionne Michel Angers, le maire de Shawinigan.

La MRC de Maskinongé s’est elle aussi dotée d’une structure pour aider des industriels à démarrer leur entreprise, le Carrefour industriel fruit d’un investissement de 1 150 000 $. D’une superficie de 27 000 pieds carrés, il est divisé en deux segments : l’incubateur et le motel industriel.

« Dans l’incubateur, il y a cinq espaces à louer et quatre quais de chargement. Sa particularité repose sur le fait que les entrepreneurs se partagent des espaces communs comme des salles de réunion, une cafétéria, une salle d’eau avec douche, etc. », mentionne Sylvie Fontaine, directrice générale du CLD Maskinongé.

Aucun commentaire.

Répondre