Accueil » Dossiers » Optimisme prudent dans le secteur manufacturier
201104_ACTUA_IndManufac_DS-8114557-Large-500x185

Optimisme prudent dans le secteur manufacturier

Dans son dernier rapport de ses prévisions quinquennales 2011-2015, le Conference Board estime qu’il faut un redressement économique général mondial pour que les industries manufacturières puissent s’envoler sur leur véritable rythme de croisière.

Cinq secteurs sont principalement visés. Il s’agit des produits pharmaceutiques, des produits chimiques, des produits informatiques et électroniques, des produits minéraux non métalliques ainsi que des produits en caoutchouc et en plastiques.

« De nombreuses industries manufacturières sont étroitement liées aux chaînes d’approvisionnement nationales et mondiales, explique Michael Burt, directeur associé, Tendances économiques industrielles. La récession a pris fin il y a plus d’un an, mais la reprise mondiale se fait lentement. Par conséquent, en ce qui a trait à la production, à la rentabilité et à l’emploi, la majorité de ces industries devront attendre plusieurs années avant de se remettre complètement des effets de la récession. »

Produits pharmaceutiques

À Montréal, l’industrie pharmaceutique joue un rôle prépondérant. Malgré les milliers de pertes d’emplois, tant au Québec que dans le reste du Canada, ce secteur peut compter sur le vieillissement de la population qui vient soutenir la demande. Selon l’étude, la croissance des bénéfices sera aussi limitée par l’austérité budgétaire de la part des gouvernements et l’intensification de la concurrence par les prix dus aux marchés émergents et aux produits génériques.

Produits chimiques

Cette industrie est intimement liée à l’appréciation du dollar canadien par rapport à la devise américaine. Le Conference Board estime que les bénéfices atteindront les 2,1 G$ cette année, alors qu’ils étaient de 3 G$ en 2008. La croissance, ajoute l’organisme, demeurera limitée au cours des prochaines années.

Produits informatiques et électroniques

Durement frappé par la crise économique de 2008, le Conference Board se montre très optimiste pour ce secteur. En 2011, dit-il, la production augmentera pour la première fois depuis 2006 et l’industrie devrait retrouver tous les emplois perdus d’ici la fin de l’année. L’amélioration de la conjoncture mondiale lui permet de récupérer la production et les emplois perdus. En 2011, les revenus devraient se situer à 1,7 G$, en légère hausse par rapport à 2010.

Produits en caoutchouc et en plastique

Selon l’étude, ce secteur dépend directement du rendement de l’industrie de la construction et des fabricants de matériel de transport. Et pour obtenir une véritable reprise, les ventes des véhicules aux États-Unis doivent reprendre. En 2011, les bénéfices devraient atteindre les 787 M$. C’est l’année prochaine que l’industrie risque de rattraper les résultats de 2007.

Produits minéraux non métalliques

Encore ici, ce secteur est intimement lié à la construction. C’est le cas du verre et du ciment. Au Québec, les perspectives de la construction sont positives dans l’ensemble et le Conference Board croit que les bénéfices vont se stabiliser aux environs de 1,5 G$ annuellement au cours des prochaines années.

BDC

« Les entreprises du secteur de la fabrication doivent relever de nombreux défis. Elles doivent conserver leur part de marché, maintenir leurs marges et se hisser en haut de la chaîne de valeur, affirme Jérôme Nycz, vice-président principal, Stratégie et Développement corporatif à BDC. Une des façons dont elles peuvent améliorer leur efficacité opérationnelle et le développement de produits ou de services est de faire de l’innovation une partie intégrante de leurs stratégies d’affaires. Ainsi, les gestionnaires doivent favoriser la pensée novatrice à tous les niveaux de leur organisation. »

Aucun commentaire.

Répondre