Accueil » Chroniques » Savoir saisir sa chance…

Savoir saisir sa chance…

Les séries éliminatoires de la LNH provoquent une fièvre incroyable parmi les amateurs de hockey et le public et c’est l’euphorie lorsque les Canadiens de Montréal remportent des victoires.

Or, comme le compteur repart à zéro au début des séries, tout recommence à neuf et il est fréquent que certains athlètes émergent parmi les autres en cette période, comme s’ils n’avaient plus à traîner le poids d’une mauvaise saison ou d’une performance en dent de scie. Ils atteignent alors rapidement le statut de vedette, de héros national, comme c’est le cas du gardien de but des Canadiens, Jaroslav Halak.

C’est une excellente nouvelle pour tout le Québec sportif et les partisans du Canadien, en particulier et c’est rafraîchissant pour la jeunesse en quête de héros. Halak a réussi à s’imposer à des niveaux supérieurs en traînant avec lui la réputation d’être parfois irrégulier, mais surtout à cause des préjugés au sujet de sa petite taille.

Pourtant, en désespoir de cause, il a obtenu une vraie chance, du fait que le supposé #1 du Canadien s’est effondré.

On dit de lui:
• qu’il est un bourreau de travail;
• qu’il pratique toujours avec l’intention de s’améliorer;
• qu’il sait accepter les conseils de ses entraîneurs;
• qu’il sait accepter les décisions de ses dirigeants, sans rechigner, tout en continuant à encourager ses coéquipiers;
• qu’il a su gagner le respect de ses coéquipiers qui ne manquent pas de l’épauler lorsque vient son tour d’évoluer et de prendre la place qu’il convoite.

En tant que vendeur ou responsable du développement des affaires, ne pourrait-on pas s’inspirer de ce joueur qui fut repêché après 170 autres espoirs, par les dirigeants de 30 équipes qui ne croyaient pas en lui, mais qui a agi comme celui qui fut choisi le premier des quelques joueurs qui figuraient encore sur les listes des recruteurs.

On doit réaliser comme lui, que quelqu’un nous a offert une chance d’évoluer parmi un groupe d’individus, dans des fonctions semblables, en croyant à nos capacités de relever un défi.

Quand je pense qu’un tiers des participants qui viennent à nos séminaires se sentent au-delà de la nécessité de s’entraîner, puisqu’ils croient avoir atteint leur summum ou qu’ils en veulent à leurs dirigeants de leur imposer une formation. Pourtant, ils ressortent toujours avec le sourire à la fin de la session.

Je crois qu’ils devraient s’inspirer du modèle que Jaroslav Halak nous a concocté par son attitude et son acharnement à vouloir sans cesse s’améliorer et donner plus de valeur à ses habilités naturelles.

En fin de compte, y a-t-il quelqu’un, parmi nous, qui pourrait s’en passer ?

Roger St-Hilaire
Conférencier et instructeur de vente
8880, avenue Trudelle, Charlesbourg,
Québec G1G 5J7
Tél: 514-673-1124 / 418-626-7498 / 1-800-463-7246

Aucun commentaire.

Les commentaires sont fermés.