Accueil » Dossiers » Salon des transports récréatifs et de l’innovation : L’AMETVS mise sur l’innovation

Salon des transports récréatifs et de l’innovation : L’AMETVS mise sur l’innovation

L’Association des manufacturiers d’équipements de transports et de véhicules spéciaux (AMETVS) présente son Salon des transports récréatifs et de l’innovation, le STRI, les 24 et 25 octobre 2007 au pavillon Univestrie de l’Université de Sherbrooke.

Un Salon qui mise sur l’innovation, dans une région où le créneau d’excellence leader se concentre sur les véhicules récréatifs!

Avec la présence de Bombardier dans le paysage estrien, le créneau d’excellence leader de la région est sans contredit celui de la fabrication de composantes en caoutchouc, en plastique et en matériaux composites destinée à la fabrication et à l’assemblage de matériel de transport. «Le choix de l’emplacement pour la tenue d’un tel Salon s’avérait inévitable. La région de l’Estrie est l’endroit tout désigné pour le Salon des transports récréatifs et de l’innovation» explique M. Denis Robillard, directeur général de l’AMETVS.

Miser sur l’innovation

L’AMETVS a décidé de miser sur l’innovation à ce Salon des transports récréatifs. Le Salon présente les grandes tendances qui permettront aux manufacturiers de se positionner sur l’échiquier mondial. «Quel sera l’impact des nouvelles technologies dans le secteur des véhicules récréatifs? Comment le Québec peut-il jouer un rôle important? Voilà des questions auxquelles le Salon tentera de répondre, ou du moins, de démontrer comment trouver les bonnes réponses» estime M. Robillard.

Le STRI offre à l’ensemble des acteurs responsables du développement de l’industrie du transport récréatif, constructeurs, ensembliers et chercheurs, l’occasion d’échanger sur leurs travaux, leurs expériences et leurs solutions pour assurer une industrie performante, dans le contexte de mondialisation actuel.

Le STRI veille à favoriser la synergie entre les organismes de recherche, les grands manufacturiers et les fournisseurs de tous les niveaux.

Cet événement permet à tous les grands de cette industrie de présenter leur vision sur le transport récréatif.

«Ces échanges favoriseront le développement des capacités des différents manufacturiers québécois à effectuer ce virage majeur et important vers l’industrie du transport récréatif de l’avenir, assure le directeur général de l’AMETVS. La présence de scientifiques fera en sorte qu’ils auront le temps requis pour dévoiler leurs découvertes et confronter leurs idées avec les grands industriels. Avec l’appui de tous les intervenants, le STRI favorisera l’expansion des entreprises manufacturières actuelles et le déploiement de nouvelles entreprises dans une logique de développement durable».

Le STRI se divise en trois volets:

  • Salon des technologies
    Le STRI est une vitrine technologique qui souligne le savoir-faire des leaders québécois.
  • Rencontres d’affaires
    Une occasion pour les manufacturiers d’établir des contacts individuels avec des innovateurs de l’industrie des véhicules récréatifs.
  • Conférences
    Un moyen d’échanger sur les grandes tendances de l’industrie des véhicules récréatifs pour les prochaines années.

Le Québec, un tremplin vers le marché nord-américain

Depuis plusieurs années, la France se trouve au cœur d’un processus de continentalisation de l’économie. Ce mouvement a atteint son paroxysme avec l’introduction d’une monnaie unique européenne. De son côté, l’économie québécoise est à l’avant-garde de l’espace créé en 1989 par l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), lequel réunit le Canada, les États-Unis et le Mexique. L’intégration des économies de l’Amérique s’est élargie avec l’adoption, en 2005, de l’accord établissant une Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA).

De plus en plus, le Québec et la France deviennent l’un pour l’autre des partenaires stratégiques, tous deux étant respectivement situés au sein d’un des deux marchés les plus importants du monde. Les acteurs économiques, de part et d’autre de l’Atlantique, prennent progressivement conscience de cette nouvelle donne.

Une coopération franco-québécoise

Dans la foulée des mesures de décentralisation administrative mises en place par le gouvernement français depuis 1983, les collectivités territoriales de la France ont acquis une plus grande autonomie. Elles disposent désormais d’importantes ressources financières et peuvent mener leur propre coopération à l’étranger. La coopération franco-québécoise s’est adaptée à cette nouvelle réalité et connaît aujourd’hui un élargissement sur le plan régional. La coopération décentralisée s’inscrit en complément aux relations entre le Québec et l’État français.

De plus en plus, la relation économique est marquée par le dynamisme des entreprises, principalement petite et moyenne, qui, par leurs investissements dans le pays partenaire, ont pour but de se projeter sur la scène économique mondiale. En cela, la France et le Québec deviennent l’un pour l’autre des espaces économiques stratégiques.

L’industrie québécoise est à l’image du secteur: dynamique et très diversifiée tant par les produits offerts que par les niches de marchés desservies. Ces caractéristiques lui procurent un avantage certain face aux variations cycliques des marchés. Par ailleurs, c’est une industrie expérimentée, reconnue sur le plan mondial pour certains produits spécifiques.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site officiel du Salon au www.stri.ca.
Photos: Courtoisie de l’Association des manufacturiers d’équipements de transports et de véhicules spéciaux (AMETVS)

Aucun commentaire.

Répondre