Accueil » Dossiers » Une cohésion basée sur la diversification

Une cohésion basée sur la diversification

C’est sous l’angle d’une diversification opportune de l’économie que le président de l’Association des CLD du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Georges Bouchard, établit le lien avec le thème de la machinerie et du matériel de transport.

Dans le contexte de la crise du bois, des liens sont inévitables avec les retombées sur divers secteurs de l’économie. Pendant longtemps, la région s‘est appuyée très majoritairement sur une industrie monolithique, soit la forestière et l’aluminium. Ces gros joueurs étaient tellement importants dit-il, qu’on négligeait d’autres joueurs qu’on ne voyait pas réellement, considérés comme marginaux pour la progression de l’économie.

«Il y avait suffisamment de travail avec la grande entreprise…La diminution du nombre d’emplois qu’elle a connue nous a ouvert les yeux sur des PME. C’est l’avenir. Nous sommes bien partis pour nous diversifier; nous ne laissons plus passer d’occasions, toutes les miettes sont importantes et deviennent souvent le repas principal pour bien des gens…».

Diversification

À présent, avec une économie plus diversifiée, la région est de ce fait moins vulnérable qu’il y a deux ou trois décennies. En exemple: la crise forestière. Elle oblige certains projets à émerger, ce qui en bout de ligne favorise la diversification de l’économie. On donne ici plusieurs exemples de nouvelles entreprises qui ont maintenant agrandi leur marché afin de rentabiliser leur production. «Depuis 10 ans, nous avons vu notre PME se développer, maximiser ses retombées…», dit-il.

Des raboteuses en forte demande

Parmi les exemples d’entreprises en développement, on note les Produits Gilbert Inc. de Roberval, laquelle aura 20 ans en 2007. Spécialisée dans la conception et la fabrication d’équipements forestiers, de scieries et de surfaceuses, l’entreprise a misé avec succès sur la spécialisation qui offrait une soixantaine de projets, dont celui de la première raboteuse en 1995. Ainsi, les produits-vedettes sur lesquels le président Sylvain Gilbert a misé sont deux raboteuses à la fine pointe de la technologie. Les raboteuses occupent actuellement quelque 70% de la production.

La première raboteuse à huit rouleaux a été mise sur le marché en 2000. Cinq ans plus tard, après plusieurs années de recherche et de développement, ce fut au tour d’une autre raboteuse à six rouleaux de voir le jour. Cet équipement peut intéresser jusqu’à 80% des usines de sciage du Québec et de l’Ontario et jusqu’à 90% des usines des Maritimes, aux prises avec un manque d’espace, souligne l’entreprise jeannoise.

Depuis que la raboteuse à six rouleaux a fait son entrée sur le marché en août, les commandes affluent. D’ici la fin 2006, on en livrera deux aux États-Unis, une en Oregon et l’autre à Washington. L’objectif premier est d’en fabriquer 12 puis de doubler cette production d’ici deux ans et demie, avec 24 ventes par année.

Les Produits Gilbert occupe actuellement quatre bâtiments dans le parc industriel de Roberval, pour un total de plus de 25 000 pieds carrés. À l’étroit, elle vise un développement: la construction d’une nouvelle bâtisse de 50 000 pieds carrés qui regrouperait l’ensemble des activités dans le nouveau parc industriel municipal. On vend en Europe, soit en Suède et en Allemagne, sur un continent qu’on ne visait qu’en 2007.

Le directeur général, Luc Larkin, est loin d’être morose: «Nous opérons à pleine capacité de production! Notre créneau est la réussite par l’innovation. Notre secret: se renouveler sans cesse pour livrer des produits haut de gamme de réputation mondiale!». On doit mettre la pédale douce au zèle des représentants.

Des entreprises en croissance

Le président de l’Association des CLD du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Georges Bouchard, cite notamment l’entreprise BDH Tech qui fabrique des filtres industriels, un type de fabrication recherché partout dans le monde, à un moment où l’industrie doit se soucier davantage de limiter la pollution.

Nouveau directeur général de cette entreprise de 15 ans, Yves Tremblay parle d’un marché en expansion (80% canadien), «grâce à une approche de commercialisation complètement différente du reste du marché. Cela nous permet d’accrocher des parts de marché…» dit-il, évoquant les deux secteurs d’activité de l’entreprise.

M. Bouchard nomme également SKL Aluminium Technologie, une entreprise spécialisée dans la fabrication et le développement d’échangeurs de chaleur en aluminium pour le marché secondaire et manufacturier de radiateurs industriels et spéciaux.

Les activités du Groupe LAR Inc. et de ses filiales sont un autre exemple. Le Groupe se retrouve déjà dans les régions suivantes: LAR Montréal (filiale de mécano-soudure et d’usinage; LAR Matagami (réalisation de travaux de mécano-soudure pour les barrages du Nord du Québec); LAR Métabetchouan (usinage et mécano-soudure); Procad (filiale d’ingénierie et de conception mécanique à Métabetchouan).

Son directeur général Marc Gravel, rappelle que le chiffre d’affaires annuel varie de 30 millions$ à 50 millions$, un barème qu’on laisse volontairement large, publiquement. Il est de ceux qui voient les avantages à ce que les décideurs soient dans la région où ils opèrent. Le nombre d’employés varie de 300 à 450 selon les périodes.

Aucun commentaire.

Répondre