Accueil » Dossiers » Aliments et boissons » Savoir s’adapter aux marchés… même après 100 ans d’existence !

Savoir s’adapter aux marchés… même après 100 ans d’existence !

Bien connu dans la région de Québec, l’embouteilleur Alex Coulombe ltée existe depuis 1905. Cette année-là, Édouard Coulombe se lance dans l’embouteillage de « liqueurs », comme on le disait il n’y a pas si longtemps, avec son jeune frère, Alexandre.

L’entreprise a pignon sur rue dans la basse-ville de Québec, dans le quartier Saint-Roch plus précisément, où y règne à cette période une vie industrielle importante.

Vingt-deux ans plus tard, Alex, devenu le seul aux commandes de l’entreprise familiale, emploie neuf personnes qui fabriquent 20 caisses à l’heure. Les « liqueurs » vendues sont principalement l’orangeade, la crème soda, le raisin et la fraise.

En 1935, l’homme d’affaires accepte de s’associer avec la compagnie Pepsi-Cola et devient embouteilleur et distributeur exclusif pour la région de la Vieille Capitale. À l’époque, les machines utilisées sont des embouteilleuses à pédales et ne produisent qu’une bouteille à la fois !

Dans les années 50, l’avènement des distributrices automatiques et l’engouement grandissant pour les boissons gazeuses apportent une croissance importante pour l’entreprise. Ses dirigeants, maintenant issus de la deuxième génération de Coulombe, se portent acquéreurs de nouvelles franchises et de compagnies reliées à la distribution de leurs produits.

C’est en 1967, après plus de soixante ans dans des locaux situés dans la basse-ville de Québec, que l’entreprise est relocalisée dans le parc industriel Jean-Talon Nord. À ce moment, avec les technologies de l’époque, plus de 3 200 caisses à l’heure sont alors produites.

C’est dans les années 70 que l’entreprise produira également la marque Seven-Up et agrandira son territoire de distribution. Il s’étendra au Centre-du-Québec jusqu’à Lac Mégantic au nord et Tracy au sud ; en Beauce ; dans la région de Charlevoix jusqu’à La Malbaie et à Trois-Rivières, sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent.

Au fil des années, d’importants ajouts d’équipements de production sont effectués. En 1985, l’usine compte près de 200 employés et embouteille 6 900 caisses à l’heure. Aujourd’hui, Alex Coulombe distribue 230 produits, allant de la célèbre marque de commerce Pepsi à celle des Seven-Up, Orange Crush, Canada Dry, Gatorade et Aquafina et, selon les produits, dans des formats de 1 et 2 litres ainsi que 591 et 710 millilitres.

La technologie des années 2000

L’usine d’aujourd’hui compte 300 000 pi2 et des dépôts à Victoriaville, à La Malbaie ainsi que deux succursales, Trois-Rivières et Saint-Georges de Beauce. L’usine de Québec fonctionne sur trois quarts de travail selon les saisons et les besoins et 100 personnes sont directement affectées à la production sur un grand total de 360 employés. Alex Coulombe possède sa propre flotte de camions pour sa distribution et sa propre équipe de maintenance en mécanique.

Au printemps 2001, Alex Coulombe ltée implante une nouvelle chaîne d’embouteillage de cannettes de boissons gazeuses. Cette ligne, fabriquée par l’entreprise allemande KHS, embouteille 1 250 cannettes à la minute.

L’entreprise fonctionne avec trois lignes de production et, outre la ligne de canettes, on retrouve donc deux lignes pour le remplissage des bouteilles de plastique.

Tout dernièrement, Alex Coulombe ltée s’est muni d’un équipement de pointe, venu d’Allemagne, qui souffle les bouteilles de plastique. Pour Marc Coulombe, PDG de l’entreprise depuis 2002 et petit-fils du fondateur, l’avancement technologique et l’adaptation sont des éléments fondamentaux pour qu’une entreprise non seulement survive mais se taille une place importante dans le marché.

« Tous les grands embouteilleurs fabriquent maintenant eux-mêmes leurs contenants de plastique. C’est plus rentable. ». Cet équipement, de marque SIG Corpoplast et appelé « Blomax », est capable de produire 36 000 bouteilles à l’heure.

Ce nouvel équipement, qui pèse 36 tonnes et mesure 35 pieds de longueur, aura nécessité un transport par bateau pour traverser l’Atlantique, puis par camion jusqu’à Québec. L’usine aura subi un arrêt de production d’une semaine pour l’installer. Cette récente acquisition s’inscrit dans un projet de modernisation de plus de 7 $ millions. À lui seul, le « Blomax » représente un investissement de 3 $ millions.

La deuxième phase devrait être complétée pour la fin de 2006. Cette phase consiste à installer une nouvelle embouteilleuse qui a la capacité de produire 600 bouteilles par minute, soit une augmentation de 12 % à 49 % de la cadence actuelle, tout dépendamment du format embouteillé.

De plus, le remplissage des bouteilles s’effectuera à température ambiante, ce qui représentera des économies d’énergie importantes car il ne sera plus nécessaire de refroidir autant le produit pour l’embouteiller. La deuxième phase consiste également à installer une nouvelle étiqueteuse à deux stations de marque KHS Innoket RF50.

Implication sociale marquée

Pour les gens de la région de Québec, le Colisée Pepsi est un équipement sportif et culturel important et son rayonnement s’étand à toute la province. Cet amphithéâtre régional bien connu est commandité par la compagnie Alex Coulombe ltée qui contribue également, toujours à titre de commanditaire, pour le club de hockey les Remparts de Québec et le club de football universitaire Rouge et Or.

De plus, l’entreprise s’implique dans des activités comme le Marathon des deux rives, la Randonnée Tanguay, la Randonnée des Gouverneurs, Festivent, Envol et Macadam, le Grand Rire Bleu, le Tour de l’Ile à la nage et Plein Art.

L’entreprise a également reçu des distinctions comme le prix du meilleur fournisseur dans la catégorie « Breuvages » lors du Gala de la restauration 2005.

Il est bien loin le temps où Édouard et Alexandre Coulombe fondaient leur entreprise de « liqueurs ». « Il faut être capable de voir les tendances qui s’en viennent et être prêt lorsque le consommateur choisira ces tendances. S’adapter continuellement, c’est ce qu’ont fait mon père et mon grand-père. C’est pour cette raison que nous sommes toujours présents même après un siècle ! », de conclure Marc Coulombe.

Aucun commentaire.

Répondre