Accueil » Dossiers » Bois et meubles » Sommet économique de Davos : Québec revient avec cinq projets en main

Sommet économique de Davos : Québec revient avec cinq projets en main

À l’issue du sommet économique de Davos, en Suisse, qui s’est déroulé en début d’année, le ministre québécois du Développement économique, Claude Béchard, est revenu avec cinq projets en main lesquels pourraient donner lieu à la création de quelques centaines d’emplois.

Pour le ministre Béchard, il s’agit d’une performance nettement supérieure à celle de l’an dernier, alors que son prédécesseur, Michel Audet, n’avait réussi qu’à décrocher un seul contrat.

Cinq projets

Jusqu’à maintenant, Québec refuse de dévoiler l’identité des entreprises susceptibles de s’installer chez nous. Tout ce qui a été permis d’apprendre, c’est qu’il s’agit d’entreprises actives dans les secteurs de la chimie et des plastiques, de la pharmaceutique et des technologies de l’information.

D’ailleurs, l’un de ces projets serait en lien direct avec la construction des deux hôpitaux à Montréal. Une entreprise américaine manifesterait un intérêt particulier envers la Société générale de financement (SGF) pour établir un partenariat afin d’y mettre au point divers systèmes de traitement des dossiers personnels des patients.

Quant au cinquième projet, tout porte à croire qu’il s’agirait de l’expansion de l’usine Tafisa, à Lac-Mégantic, rapporte La Presse.

Selon le quotidien, ce projet pourrait démarrer très rapidement. L’objectif serait d’y ajouter un système de cogénération.

Tafisa est la plus grande usine de panneaux de particules de bois et de mélamine en Amérique du Nord. Elle embauche quelque 300 travailleurs. L’entreprise appartient au groupe portugais Sonae Industria depuis 1990.

Plate-forme intéressante

Selon le président de la SGF, Pierre Shedleur, le Québec représente un lieu sûr pour les investisseurs étrangers en termes de main-d’œuvre stable et de règles claires du marché. Il ajoute que le Québec offre davantage parce qu’il n’y a pas d’instabilité comme en Amérique du Sud et que les coûts reliés à la santé sont moins élevés qu’aux États-Unis.

De son côté, le ministre Béchard a indiqué qu’avec le soutien financier d’Investissement Québec et de la SGF, son gouvernement était prêt à faire sa part en y consacrant 1 milliard de dollars dans divers projets d’investissement.

Aucun commentaire.

Répondre